Aller au contenu. | Aller à la navigation

Personal tools
Se connecter
Navigation
Vous êtes ici :AccueilAssociationLes billets du PrésidentUn qui tousse, tous malades ?
Actions sur le document
  • Imprimer

Un qui tousse, tous malades ?

Mots-clés associés :
Présider une association c’est savoir rester en contact étroit avec les préoccupations des collègues. Les boîtes de messagerie servent parfois à resserrer la focale sur les problématiques vécues au quotidien. Le message, ou l’appel, restitué intégralement ci-dessous à l’exception de la signature est-il plus proche du détonateur que du pet dans l’eau ? Les réactions que ces lignes recueilleront vont peut-être réveiller le débat.

 

Cher Président,

 

Comme tu l’as déjà relevé à de nombreuses reprises, les exigences de formation en L2 et L3 défendues par le Département sont très élevées. C’est la raison pour laquelle elles sont remises en question par bon nombre de collègues. Elles ont d’ailleurs fait l’objet d’une résolution présentée à notre Chef de Département lors de la dernière Assemblée des Délégués.

Permets-moi, dans l’attente encore de réponse à cette résolution, de te faire parvenir certaines questions que je me pose.

§  Le DFS a-t-il à sa disposition une étude sérieuse qui pourrait prouver que, dans une classe normale (je n’entends pas une classe idéale avec 18 élèves triés sur le volet, mais une classe réelle, avec ses cinq Albanais, trois Portugais, deux Erythréens en Suisse depuis six mois, un hyperactif, deux dyslexiques et cinq enfants sans réel appui parental valable, par exemple) dans une classe normale donc, un enseignant avec niveau B2 peut élever de façon plus performante le niveau en langues allemande et anglaise de ses élèves, qu’un autre enseignant qui ne serait que B1 ?

§  Existe-t-il des députés qui s’intéressent au coût réel de toutes les formations  en langues, à l'heure où le chef du DFS se plaint de devoir économiser de nombreux millions ? Les citoyens valaisans peuvent-ils être mis au courant de l’importance de cette somme ?

§  Cet argent dépensé pour les compétences langagières des enseignants, ne serait-il pas mieux investi pour engager des enseignants supplémentaires ? Les effectifs surchargés de bon nombre de classes valaisannes seraient de ce fait diminués, et notre école gagnerait ainsi en efficacité dans TOUTES les branches ! L’aspect relationnel, trop oublié de nos jours, s’en trouverait lui aussi revalorisé.

§  Y aura-t-il encore longtemps des fous qui joueront les SuperSuperHéros, spécialistes en dix branches, qui seront face aux élèves dix périodes hebdomadaires de plus que nos CHERS collègues du Secondaire II, spécialistes en deux branches, pour gagner 2300 francs mensuels de moins ?

§  Que se passerait-il concrètement si tous les enseignants primaires refusaient d’aller au-delà du B1 dans leur formation en langue ?

§  Cette façon de gérer la problématique des langues ne va-t-elle pas créer des dissensions profondes entre les titulaires de 5-6-7-8H  et ceux de 3-4H ? Les places vont-elles devenir chères pour enseigner dans les petits degrés à l'avenir ?

 

Voilà, cher Président, les fruits de mes réflexions. Puissent-ils trouver grâce à tes yeux afin que tu les fasses parvenir aux personnes qui ont les doigts sur le tableau de commande de ces formations.

Cordiales salutations

Ce texte est publié avec l’autorisation de son auteur dont le nom est connu de la rédaction. Des réactions d’approbation ou de réprobation peuvent être déposées sur spval.ch dans les commentaires ouverts à la suite de cet article.

Contenus corrélés
Tests de placement L2
Marcelin a écrit :
14/10/2013 17:46

Enfin,ça commence à réagir...C'était le moment

Généraliste a écrit :
15/10/2013 16:40

Hier matin, face aux 23 élèves de ma classe, je me suis demandé :
Et si on leur posait la question, à eux, quelle serait leur préférence, si on avait, disons, trois millions pour l’école primaire valaisanne :
- avoir un prof qui est capable de faire, 120 minutes par semaine, de belles discussions en allemand, sans vilaines erreurs et avec une belle prononciation,
ou
-n’être plus que 18 et avoir un prof qui a du temps pour eux, les 1485 minutes de la semaine ?

Je n’ai pas osé leur poser la question.

Mais peut-être que demain…

Une collègue dépitée a écrit :
15/10/2013 19:54

Encore une question à nos décideurs :
L'école valaisanne allait si bien et nos autorités s'en vantaient. Est-il vraiment nécessaire de tout casser en maltraitant ses principaux acteurs : les enseignants enfantins et primaires ?

Positive attitude a écrit :
17/10/2013 09:52

Je trouve excellent le titre de cet article:"un qui tousse, tous malade?"... C'est exactement cela ! Un généraliste qui commence à se plaindre de ses conditions de travail, somme toute plus que respectables en comparaison d'autres professions moins bien loties, et tous qui se plaignent ? Pourquoi ne pas voir les rayons de soleil qui percent les nuages plutôt que de se focaliser sur les cumulonimbus qui pointent l'horizon ? Je reste persuadée qu'avec une bonne dose de positive attitude de la part des généralistes primaires et enfantins, l'école valaisanne pourra rayonner à nouveau !

Madeleine Rey a écrit :
17/10/2013 14:51

En ce qui me concerne, j'aimerais bien savoir qui se cache derrière ce pseudo.

Sébastien Chappot a écrit :
25/10/2013 14:43

Quelle fut ma surprise de découvrir ce message restitué dans l'Educateur, moi qui étais souvent fan des billets de notre Président.

Il est clair que l'on peut se questionner sur la pertinence d'une formation massive des enseignants en langues étrangères et du coût que cela peut engendrer. Sera-t-on meilleur avec B2 ? Peut-être ... Moins bon ? Certainement pas. Enfin, passons, ce n'est pas là le motif de mon message.

Ma motivation est venue à l'attaque de la deuxième colonne du fameux message, lorsque je suis arrivé à cette magnifique description de la "classe normale" et l'énumération de ses "problèmes" avec en tête de liste, je cite : "... une classe réelle, avec ses cinq Albanais, trois Portugais, ..." Et hop , je profite d'écrire sur les formations obligatoires pour taper un petit coup sur les étrangers : Bravo, ton tout grand chef est fier de toi ...

Ensuite, s'attaquer à nos collègues du secondaire 2 ... mais jusqu'où va-t-il s'arrêter ??? ... Si ta frustration salariale est trop lourde à porter, attaque une formation pour enseigner à ce niveau et si tu ne peux pas le faire pour x raisons, demande-toi pourquoi tu ne l'as pas fait avant ? Ton tout grand chef est à nouveau fier de toi : diviser pour mieux régner ...

Voilà cher enseignant anonyme qui à l'air d'aimer te plaindre, profite de la journée du 14 novembre et de l'action "Osez tous les métiers" pour aller voir dans d'autres domaines si l'herbe est plus verte .. mais attention, tes collègues risquent d'être albanais, portugais, ...

Très cher Président, tu me vois fortement déçu de ta publication qui m'attaque personnellement. Je crois que c'est le rôle du Comité Cantonal d'éviter ces propos racistes qui hantent les salles des maîtres plutôt que de les encourager.

P.S. Désolé d'avoir tarder à prendre position : j'avais pas mal de job (travail) pour la formation L3 ...

Pierre Darbellay a écrit :
09/11/2013 17:21

Bravo Seb ! T'as assuré ! Il est évident que j'abonde dans ton sens !

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

 
Solution Solgema, création de site internet, sites web, CMS, intranet, boutique en ligne, gestion de contenu, OpenERP par Martronic SA