Aller au contenu. | Aller à la navigation

Personal tools
Se connecter
Navigation
Vous êtes ici :AccueilAssociationLes billets du PrésidentSouviens-toi de tes rêves et tu oublieras de vieillir
Actions sur le document
  • Imprimer

Souviens-toi de tes rêves et tu oublieras de vieillir

Mots-clés associés :
Après le statut et le traitement, place à un nouveau travail législatif qui touche à la scolarité : le futur est en route pour une nouvelle loi sur l’école enfantine et primaire.

Ecrire un texte qui restera neuf sous la poussière du temps est un défi excitant. La page devant laquelle nous déchausserons les lunettes d’hier pour crayonner un projet qui sera brouillon d’avenir n’est pas blanche au départ. HarmoS, PER et lois votées récemment au Grand-Conseil dictent un certain nombre de contraintes. Celles-ci prises en compte, la marge de manœuvre reste large. Quelques pistes de réflexions peuvent éclairer l’exercice de rédaction. Les rêves alimentent parfois les désirs d’avenir. Osons l’onirisme…

J’ai rêvé d’une école qui devine l’enfant sous ses oripeaux d’élève. Une école qui sait que la vie est en route, avec son cortège de joies et de soucis, bien avant que la cloche ne sonne et bien après son dernier tintement. Une école gravitant harmonieusement entre garderie et cantine, entraînement sportif ou activités artistiques, ces astéroïdes de la galaxie dans laquelle la planète scolaire doit inscrire son orbite.

J’ai rêvé d’une école portée par de multiples bras. Une école dans laquelle on travaille en équipe dans un judicieux équilibre des responsabilités. Les compétences spécifiques y sont valorisées et la voie de la collaboration évite la voix du post-it dans le partage des tâches et les aberrations dans les découpages de programmes.

J’ai rêvé d’une école qui montre à l’élève ce qu’il sait et non pas tout ce qu’il ignore encore. Une école aux notes rares mais significatives, générées par des épreuves de référence empêchant l’émergence d’îles pédagogiques aux cotations teintées de couleurs locales.

J’ai rêvé d’une école à géométrie progressive liée à la taille des enfants qu’elle accueille. Une école où les moments de garde sont dissociés des périodes d’apprentissages, où le temps de classe est proportionnel à la taille des cartables. On n’y brûle aucune étape essentielle et n’y taille aucun costume trop grand pour les mesures enfantines.

J’ai rêvé d’une école fière du bagage qu’elle délivre mais exigeante face à l’encadrement des élèves. Une école ouverte aux apports extérieurs et experte en métissage des expériences.

J’ai rêvé d’une école dotée des mêmes outils dans tous ses sites. Une école aux offres comparables dans ses déclinaisons citadine ou villageoise, rhodanienne ou alpine, latine ou germanique.

J’ai rêvé d’une école avare en délégation mais prodigue en conseils. Une école dans laquelle les tâches à domicile ne courent pas après un hypothétique temps perdu mais tissent des liens entre les diverses façons d’apprendre.

J’ai rêvé d’une école qui connaît les limites de son immense pouvoir et qui sait dire non aux sollicitations farfelues. Une école faite pour amener chaque être qui la fréquente au sommet de ses possibles.

Ce soir encore, je me suis promis de rêver…

Didier Jacquier

Président SPVal

 

 
Solution Solgema, création de site internet, sites web, CMS, intranet, boutique en ligne, gestion de contenu, OpenERP par Martronic SA