Aller au contenu. | Aller à la navigation

Personal tools
Se connecter
Navigation
Vous êtes ici :AccueilAssociationLes billets du PrésidentPas content !
Actions sur le document
  • Imprimer

Pas content !

Mots-clés associés :
Dans sa séance du 2 mars 2011, le Conseil d’Etat du canton du Valais a modifié le règlement concernant les directions d’école de la scolarité obligatoire. Un article est concerné : le 13ème qui définit le nombre des heures de direction subventionnées. Petit décryptage d’une scandaleuse inégalité de traitement.

L’histoire commençait bien. Le mot d’accompagnement annonçait des augmentations substantielles. Citation : « L’entrée en vigueur de la loi sur le cycle d’orientation en août 2011 et la volonté de renforcer les structures de direction de l’école obligatoire ont amené le Conseil d’État à augmenter le nombre de périodes subventionnées dévolues à la gestion des établissements scolaires de notre canton, de l’ordre de 25% au cycle d’orientation et de 30% à l’école primaire. » Alleluia ! Le primaire enfin reconnu. On travaille dans nos écoles avant l’entrée au secondaire I. Il est temps de sabrer le champagne ! Halte, calmez votre joie de vivre. La réalité des chiffres n’est pas si rose. La lecture du tableau comparatif (ci-dessous en pdf) refroidira l’enseignant primaire le plus motivé. Il n’est pas beau ce tableau. Tout d’abord, il est asymétrique. Que voulez-vous, les élèves ne se comptent plus de la même manière dès qu’ils ont quitté la sixième primaire. Forcément, avant, ils sont plus petits, ils prennent moins de place. D’ailleurs ne dit-on pas petits enfant petits soucis ?… Il en faut donc beaucoup de ces bambins pour obtenir un directeur à plein temps. Plus de mille, sacrebleu, avant ce n’est pas la peine. Au CO, par contre, ça doit être l’âge bête, à trois cent une têtes vous l’avez votre dirlo complet ! Grands enfants, grands soucis !

Fin de la visite guidée du tableau. Laissons au lecteur féru de statistiques le soin d’apprécier le traitement différencié du comptage d’élèves et de l’attribution d’encadrement. Dans son alinéa 2, le fameux article 13 parle de tâches administratives et pédagogiques confiées aux directions. Bravo, collègue enseignant primaire qui assume ce double mandat. Dans une école de 300 élèves, tu devras être exactement 4 fois plus performant que ton collègue qui gèrera un CO d’envergure comparable. Joli défi !

Pas content, disait le titre. Pas content de devoir ajouter que dans le degré dont se moque ce tableau, les enseignants sont soumis à la loi des 22. 22% de présence à l’élève de plus que leurs collègues du CO, pour 22% de salaire mensuel en moins.

Faudra-t-il attendre que les élèves valaisans deviennent lanterne rouge des études Pisa pour que l’on commence à penser que les 8 premières années d’école ne doivent pas se voir traitée à la sauce M-Budget ? Leader ou Lidl ? Le jeu de mots est facile mais il incite à la réflexion sur le coût d’une formation de qualité. Les enseignants primaires ne sont pas les hard-discounter de la pédagogie ! Pas content, dit toujours le titre.

Contenus corrélés
Attributions directions
 
Solution Solgema, création de site internet, sites web, CMS, intranet, boutique en ligne, gestion de contenu, OpenERP par Martronic SA