Aller au contenu. | Aller à la navigation

Personal tools
Se connecter
Navigation
Vous êtes ici :AccueilActualitésBulletin d'information SPVal: janvier 2016
Bookmark & Share:
Actions sur le document
  • Imprimer
  • Bookmark

Bulletin d'information SPVal: janvier 2016

Voici le bulletin d'informations SPVal de janvier 2016. Les points traités sont: - Organisation scolaire 2016-2017 - Economies - ETS2 - Infos FMEP - DFS: Evaluation, Médiateurs, Formation 1H-2H, GT français - Matériel AC&M - Bibliothèque Numérique
Bulletin d'information SPVal: janvier 2016

Chers membres SPVal et chers visiteurs du site,

 

Ce nouveau bulletin d'informations, vous permet d'avoir une vue d'ensemble des défis qui

attendent l'école valaisanne.

 

Le Comité Cantonal vous transmet des informations sur les dossiers actuels et futurs.

 

Nous vous encourageons à vous investir dans votre école, au côté de vos directions pour planifier l'organisation scolaire 2016-2017 dès maintenant.

 

Notre site vous permet de laisser des commentaires sur les différents articles.

 

Pour tout renseignement ou information supplémentaire :

Olivier Solioz – 079 286 67 90 – solioz.os@netplus.ch  ou spval@bluewin.ch

stephanetheler a écrit :
29/01/2016 16:33

Application de la loi (en principe ): suivi de classe

- A l'heure où les programmes sont régulièrement chamboulés
- A l'heure où nouveaux moyens deviennent de plus en plus lourds à mettre en œuvre (sic)
- A l'heure où les mises à niveau se multiplient (anglais, allemand, environnement, mathématiques...)
- A l'heure où le Département peine (euphémisme !) à mettre à disposition des moyens d'enseignement adaptés (moyens IAM sans cesse à compléter avec de multiples photocopies de systématisation, moyens histoire absents, moyens de sciences provisoires, moyens de géo provisoire, ...)
- A l'heure de la multiplication des situations à problèmes dans les classes (sic)
- A l'heure où la déstabilisation des enseignants se fait de plus en plus présente ...

…. le DFS demande aux directions d'écoles de faire appliquer l'article 51 de la nouvelle loi scolaire qui stipule que « le titulaire suit en principe sa classe sur un demi-cycle »

S'il n'est pas contestable qu'un suivi de classe, souhaité et soutenu par les enseignants concernés soit source de « bénéfice pédagogique » à plusieurs niveaux, l'imposition de ce principe à tous les enseignants est à même de réduire à néant les « bénéfices » escomptés. Dans cette nouvelle façon de procéder, on laisse entendre que l'enseignant qui ne change pas de niveau est un profiteur, une personne qui choisit volontairement de ne pas donner le meilleur pour ses élèves, voire un fonctionnaire à qui l'on renvoie sans cesse un statut de fonctionnaire privilégié (sic !).
Où est cette reconnaissance du sérieux de notre travail si facile à clamer dans les discours, les séances d'ouverture ou de clôture d'année scolaire ?
Avec ce genre de décision, nous prend-on pour des professionnels de l'éducation ou de « grands enfants » qu'il faut de temps en temps « remettre à leur place » ?
Est-il encore possible d'imaginer qu'un enseignant restant dans le même degré , puisse avoir à cœur, sans contraintes extérieures supplémentaires, d'améliorer ses approches, sa pédagogie, son enseignement et ainsi en faire profiter concrètement ses apprenants ?
Notre profession devient de plus en plus difficile et c'est du sein même de ses dirigeants qu'est « programmée » la déstabilisation.
"La profession d'enseignant devient de moins en moins attrayante" s'inquiètent les responsables de l'éducation, est-ce bien cette décision qui va encourager de nouvelles vocations.
Nos décideurs ont-ils imaginé la masse de travail que représente ce changement pour les derniers « fous » qui enseignent à plein temps.
Est-il bien nécessaire d'amplifier de façon substantielle les cas de burnout ou d'épuisement qui guettent (ou ont eu raison !) de plus en plus d'enseignants.
Certes, il s'agit d'appliquer la loi, n'est-il pas cependant plus important de l'appliquer avec raison.
Si ces changements permanents de niveau n'avaient que des avantages, une invitation à les mettre en œuvre aussi souvent que possible eût été une façon plus constructive de les généraliser.
En synthèse, oui à un accroissement de suivi de classe souhaité et discuté avec les enseignants concernés, non à une obligation infantile imposée par une hiérarchie trop souvent déconnectée de la réalité des professionnels du terrain.
Un enseignant bien dans sa peau et bien dans ses programmes, reconnu (respecté ?) par sa hiérarchie n'en sera que meilleur et ce, pour le bien (et même le bien-être !) direct des élèves que la société lui confie...
Association d'enseignants, de parents, SPVal, réagissons pour le bien de l'école valaisanne et de ses artisans !

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

 
Solution Solgema, création de site internet, sites web, CMS, intranet, boutique en ligne, gestion de contenu, OpenERP par Martronic SA