Aller au contenu. | Aller à la navigation

Personal tools
Se connecter
Navigation
Vous êtes ici :AccueilTribune LibrePense-bête des choses à ne pas oublier pour l’école de demain
Actions sur le document
  • Imprimer

Pense-bête des choses à ne pas oublier pour l’école de demain

Bonjour ! Je suis maman d'un garçon de 12 ans et tout simplement intéressée à l'éducation, à la communication bienveillante, à la grammaire des émotions entre autres!

Connaître les déclinaisons des verbes par exemple, c'est très bien, mais être capable d'exprimer un sentiment, une émotion qui nous habite, c'est très important, voire primordial pour soi-même déjà, mais aussi pour entrer en communication avec quelqu'un. Vous ne trouvez pas? C'est le fameux quotient émotionnel, le savoir être...
Ca "s'exerce" à la maison, on est d'accord.

Depuis l'an dernier, je cherche ce qui existe aussi à l'école sur ces thèmes!

Et comme l'école est en plein changement, je me permets de vous faire part de mes réflexions, de mes questionnements ci-dessous.

* * * * * * * * *
 

1)

Aussi pour vous dire de ne pas oublier les parents dans la mise en place de processus futurs!

Et aussi d'abord les premiers intéressés : les enfants, questionnez-les! Ils ont d'excellentes idées à apporter ! En tant qu'enseignants, vous l'avez remarqué, les enfants actuels ne sont plus les mêmes qu'"à l'époque". Ils sont évolués, fonctionnent différemment - intuitifs, très sensibles, d'une grande empathie, curieux de tout, ont besoin de mener plusieurs projets en même temps : c'est là qu'ils sont efficaces... et quand ils sont mus par la passion. Sans motivation, ils ont un mal fou à agir. Leur raisonnement est global : ils traitent en parallèle tous les éléments d'une problématique, sans forcément pouvoir les nommer dans le détail. Cela implique qu'ils les ont tous perçus vite, ce qui est rendu possible par la finesse de leurs cinq sens (on parle « d'hyperesthésie ») et de leurs émotions (leur hypersensibilité).

J'ai parcouru les document du PER. Il est vrai que dans le "transversal" et la "formation générale", tout est écrit – santé, bien être, estime de soi, etc.- c'est fantastique. Mais qu'en est-il dans la réalité, dans la mise en oeuvre? Comment est-ce appliqué? J'ai entendu qu'il manquait de temps et de moyens... Comment trouver des plages horaires pour ces enseignements tellement importants? Et serait-il possible d’intégrer des branches telles que la communication non-violente, l’écoute active ou encore développer l’empathie ?


* * * * * * * * *

2)

Mes recherches ont débuté après avoir pris connaissance de ce texte puissant d'Haim Ginott lors d'une formation de communication pour parents  :

"Je ne m'oppose pas à ce qu'un enfant soit poli, soigné ou instruit. La question cruciale pour moi est la suivante : quelles méthodes a-t-on utilisées pour parvenir à ces fins? S'il s'agit d'insultes, d'attaques et de menaces, alors on peut être certain qu'on a aussi appris à cet enfant à insulter, à attaquer ou à menacer, et à plier sous la menace.

Si, d'un autre côté, on utilise des méthodes qui sont humanisantes, alors on enseigne quelque chose de beaucoup plus important qu'une série de vertus isolées. On montre à l'enfant comment être une personne, un mensch, un être humain qui peut conduire sa vie avec force et dignité.

.... Il s'agit d'un processus qui a pour but d'humaniser. Cette idée affirme que chacun des contacts qu'on a avec un enfant est porteur de sens, qu'il compte pour quelque chose, qu'il devient une partie du tissu de la personne que l'enfant va devenir. Je commençais à comprendre que, en disant à un enfant : "Le lait est renversé" tout en lui tendant une éponge, on est en train de dépasser de loin la simple utilisation d'une technique intelligente qui démontre comment s'y prendre lors d'un incident mineur. A un niveau beaucoup plus profond, on est en train d'affirmer : "Je te vois comme une personne capable de s'aider elle-même."

On déclare :

"Quand il y a des problèmes, on ne blâme pas.

- Quand il y a des problèmes, on se concentre sur les solutions.

Haim Ginott


* * * * * * * * *
 

3)

Autre chose : j'ai découvert par hasard ce magnifique débat-café de la balade des savoirs qui m'a permise de comprendre un peu plus l'école valaisanne de l'intérieur et de voir que les personnes présentes sur le plateau se rendent vraiment compte des enjeux de l'école du futur, j'ai particulièrement apprécié les dires de Monsieur Philippe Theytaz qui sont très pertinents d'après moi : développer des compétences globales, coopération, le vivre ensemble, etc. etc.

 

"Lire, écrire, compter et quoi d'autre?"

"Former, l'affaire de tous!"

 

https://youtu.be/UJPmlySh3SI

 

 * * * * * * * * *
 

4)

Monsieur Theytaz a écrit le livre suivant "Réussir à l'école - Parents, élèves, enseignants... ensemble".   Une belle aide pour les parents.

Le mot ensemble est tellement important à mes yeux. C'est un cercle, une alliance!

Il serait important que les parents soient formés sur certains points aussi pour que la coopération avec l'école se passe bien. Ceci est du ressort du bon sens bien sûr, mais les parents ont besoin d'outils pour mieux accompagner leurs enfants dans leur scolarité aussi.

Créer des formations pour les parents, une école pour les parents?


* * * * * * * * *
 

5)

 

Encore un article très intéressant sur l'évolution du métier d'enseignant :

Thème : Discipline. Les rois, les copains et les comptables.

"Le pouvoir qui s'exerce sur les élèves. Un petit survol..."

http://edudoc.ch/record/38553/files/0310_jegge_franz.pdf


* * * * * * * * *
 

6)

 

Et attention…. à l’attention !

L’attention est à la base de tout.

 

Je reprends un petit texte qui m’a beaucoup parlée :

 

Dans un article de Cerveau et Psycho (n°47) au titre révélateur – « l’attention volée »

 

Le célèbre psychiatre Christophe André de l’Hôpital Saint-Anne de Paris tirait déjà le signal d’alarme : « Notre environnement tend à détourner constamment notre attention, que ce soit dans la rue, devant la télévision, au travail ou quand nous lisons. Ces vols d’attention sont délétères, entraînant frustration, baisse de performance au travail et anxiété. Reprendre le fil de son attention est possible. Cela suppose de s’imposer des moments d’inaction, d’observation de ce qui se passe autour de soi et de réflexion sur ce qu’on ressent. » On apprend bien aux jeunes à lire, à écrire et à compter. On leur apprend bien l’histoire, la géographie, les sciences, l’art, le sport… Et pourquoi ne prendrions-nous pas du temps, à la maison comme en cours, pour leur apprendre à être attentifs, à se concentrer, à progresser  dans leur capacité à lire et à comprendre ce qu’ils ont lu, à écrire, à faire preuve d’imagination, à penser par eux-mêmes, à se méfier de tout ce qui leur vole leur attention et leur réflexion personnelle ?

L’attention – et ce sont les scientifiques qui le disent – est comme un muscle. Les nouvelles technologies, mal utilisées, font tout pour atrophier ce muscle.

Par contre, le silence, l’écriture, la lecture, la réflexion, l’ennui, la méditation… contribuent à le développer.

Il ne s’agit pas seulement d’aider les jeunes à être plus performants. Il s’agit surtout d’en faire des hommes et des femmes responsables et réfléchis qui sauront exploiter au mieux leurs connaissances et leurs capacités attentionnelles et intellectuelles pour prendre leur place dans une société toujours à construire.

Frère Olivier Glaize

 


* * * * * * * * *
 

7)
 

Et je termine en beauté, aussi quelque chose que vous connaissez, c'est l'école en Finlande. J'ai découvert ceci en allant voir le film "Demain", j'ai été très touchée par la partie éducation de ce documentaire.

Là, il s'agirait de changements à entreprendre au niveau suisse, je pense.

https://youtu.be/gg1cSt3wEME

 

L'éducation, à la maison et à l'école, c'est la base d'une société heureuse, d'une société qui fonctionne bien, non ?


Tous mes meilleures souhaits et mes bons encouragements pour que vous puissiez aller dans le bon sens dans les démarches de changements futurs !

Karine

 

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

 
Solution Solgema, création de site internet, sites web, CMS, intranet, boutique en ligne, gestion de contenu, OpenERP par Martronic SA