Aller au contenu. | Aller à la navigation

Personal tools
Se connecter
Navigation
Vous êtes ici :AccueilDossiersPartenariat SPVal-DFSRencontre Comité SPVal - Jean-Marie Cleusix
Bookmark & Share:
Actions sur le document
  • Imprimer
  • Bookmark

Rencontre Comité SPVal - Jean-Marie Cleusix

Mots-clés associés :
En marge de la tempête médiatique dans laquelle se trouve le nouveau Chef de service, le comité SPVal entend recentrer le débat sur la mission pour laquelle M. Cleusix a été nommé. De nombreux dossiers attendent une réponse depuis trop longtemps. Le jeudi 23 janvier 2014 de très nombreuses questions remettront l'école au milieu du village.

Rien n’est plus contagieux que l’exemple.

François de La Rochefoucauld

 

Soucieux de défendre la qualité de l’école valaisanne, le bien-être des élèves et les conditions de travail des enseignants de son association, le Comité SPVal a invité M. Cleusix à une rencontre dès sa nomination connue. Le flou qui a régné au Service de l’enseignement dans la dernière partie de l’année 2013 devait être levé dès l’arrivée d’un nouveau chef de service. Il est donc indispensable que M. Cleusix soit nanti de nos préoccupations. Les représentants des enseignants ne sont pas des experts fiscaux mais des gens engagés qui se sont fait un devoir de tout entreprendre pour le bien de l’école valaisanne. Il s’agit donc de recentrer le débat sur l’enseignement et de confronter le nouveau chef aux responsabilités pour lesquelles il a été nommé. Nous n’entendons pas polémiquer mais, comme dans toute entreprise collective, nous revendiquons le besoin de faire confiance au pilote. Plus que toute autre activité, l’éducation se doit de viser l’exemplarité.

Les dossiers pour lesquels nous avons des questions concernent plusieurs thématiques. Celles-ci servent de tête de chapitre dans le recueil ci-dessous.

 

Partenariat associations-DFS

Un climat de confiance doit s’installer entre les gens actifs sur le terrain et les décideurs du département. Les termes de la collaboration attendue entre tous les partenaires doivent être codifiés dans un document signé par les parties comme c’était le cas dans les législatures précédentes.

Deux enquêtes ont été menées directement par le département auprès des enseignants. L’une concernait les charges administratives et l’autre l’intégration des enfants différents.

 

  • Nous restons dans l’attente d’une communication claire et documentée sur les résultats de ces enquêtes et les décisions qui en découlent.

  • Nous demandons une séance pour cadrer le partenariat de la présente législature.

  • Lors de l’assemblée des délégués 2013 à Evionnaz, quatre résolutions votées ont été présentées au Chef de département. Pour l’instant, seule l’une d’entre elles a reçu une réponse. Nous sommes donc dans l’attente des trois autres réactions.

  • La mise en place d’une cellule RH pour les enseignants semble se faire dans la plus grande discrétion. Il serait opportun que le Service communique avec les associations à ce sujet.

 

Mise en place de la LEP

Des éléments nouveaux contenus dans le texte voté au Grand Conseil le 15 novembre 2013 auront une grande influence sur l’organisation de l’école. Une anticipation est nécessaire pour préparer cette introduction, c’est pourquoi nous demandons d’être invités à participer aux groupes de travail qui seront mis en place. Les sujets suivants nous tiennent particulièrement à cœur :

 

  • Organisation de l’école enfantine avec des classes comprenant deux degrés le matin et seulement les 2H l’après-midi. Nous combattrons toute idée de regroupement d’élèves de deux classes différentes. De petits effectifs sont nécessaires pour développer les plus-values attendues avec cette nouvelle organisation.

  • Réflexion sur la collaboration à mettre en place entre les enseignants lors du passage du temps de présence à l’élève de 33 à 30 périodes. Nous pensons qu’il est indispensable d’initier une réflexion sur les mesures propres à permettre une différenciation entre le nombre de périodes des élèves et celui des enseignants.

  • Construction de nouvelles grilles-horaires adaptées à la nouvelle loi et à l’atteinte des objectifs du plan d’étude (PER). Une étude sans tabou du minutage consacré à chacun des domaines d’apprentissage est indispensable. Une dotation horaire équivalente pour les deux langues étrangères permettrait une utilisation optimale des compétences des enseignants dans ces domaines. La réduction du temps consacré à l’ECR semble être une évidence.

  • Reconnaissance du rôle joué par les spécialistes AC&M et définition d’un rôle pour eux dans la nouvelle organisation. Les arts en général ont leur rôle à jouer dans la formation des élèves, il conviendra de leur accorder un temps proportionnel aux développements de la personnalité que ces disciplines peuvent offrir.

  • Exigence, fixée par la loi, d’un temps de travail supérieur à 50% pour les personnes en charge du titulariat. Cette article posera de nombreux problèmes d’organisation qui devront trouver des solutions satisfaisantes.

  • Mise en place d'un concept de médiation. Les situations difficiles et les difficultés rencontrées autrefois seulement au CO sont également présentes aujourd'hui dans le cursus primaire. Des outils de médiation doivent être développés.

 

Enseignement de la langue 2

De nombreux malentendus ont crispé les discussions sur ce sujet. Il est nécessaire de procéder à des clarifications sur les exigences transitoires dans l’enseignement de l’allemand. Nous demandons :

  • La clarification des compétences attendues des généralistes notamment en ce qui concerne l’enseignement d’une ou de deux langues étrangères.

  • L’établissement d’un calendrier de formation en allemand réaliste et acceptable par les enseignants confrontés à un grand nombre de changements dus à l’arrivée d’un nouveau plan d’étude et dont le rôle est d’abord le travail auprès des élèves.

 

Evaluation

L’introduction d’un dossier d’évaluation s’est faite récemment pour le cycle 2 de la scolarité. L’avis du comité SPVal a très peu été pris en compte dans les travaux de conception. Nous demandons des ajustements et la prise en compte des spécificités de l’école primaire notamment :

  • Le réexamen de l’arrêté sur l’évaluation du 22 juin 2011.

  • Le retour à un découpage logique de l’année scolaire en plaçant la fin du premier semestre à la fin janvier. Un sondage mis en ligne sur spval.ch affiche plus de 80% des votes qui appuient cette demande.

  • La construction d’épreuves certificatives mesurant l’acquisition de la lecture à la fin du premier cycle. Ces tests seraient passés en juin, l’année de la 4H.

  • La plus grande prudence dans l’établissement d’évaluations dans les deux premières années d’école. Le développement d’un enfant n’est pas dépendant d’une mesure permanente de ses compétences. Nous demandons que du temps soit accordé à l’élève lors de son entrée en scolarité avant de le confronter à l’obsession de la mesure.

  • D’une façon plus immédiate, nous contestons l’organisation d’une épreuve contrôlant la production de l’oral cette année en 6H. Non pas parce que nous jugeons cette mesure inutile mais parce que le département fabrique d’abord un examen avant de se soucier de produire des moyens d’enseignement propres à développer ces compétences indispensables.

 

Animation pédagogique

Le fort soutien aux animateurs témoignés par les enseignants sur le site spval.ch suite aux récents débats tenus au Grand Conseil pousse le Comité SPVal à réitérer un soutien indéfectible à nos collègues engagés dans cette mission. Ainsi, nous demandons  la reconnaissance du travail accompli par l’animation pédagogique notamment en :

  • Définissant un statut clair assorti d’une rémunération correcte pour le personnel engagé.

  • Défendant les investissements réalisés dans ce domaine lorsque des attaques injustifiées mettent en doute leur utilité.

 

Baisse salariale pour certaines catégories d’enseignants

Le changement du mode de calcul du temps de travail ne devait être que technique et n’avoir aucune influence sur la rémunération des enseignants. Les promesses faites n’ont pas toutes été tenues.

Certains temps partiels et les spécialistes AC&M ont mesuré les dégâts lors de la réception de leur revenu du mois de septembre 2013. Des calculs précis ont mis en évidence des pertes non négligeables. Des montants dépassant le millier de francs sont amputés de certains salaires. Les victimes de ces changement n’ont en aucune manière été averties par l’employeur. Nous jugeons ce procédé inconvenant et nous demandons :

  • La mise en place d’un système qui conserve leurs acquis aux collègues AC&M ou à certains engagements à temps partiel. Les montants annoncés comme négligeables par certains responsables ne le sont pas pour les salariés de la classe 22.

 

Actions positives en faveur de l’école développées par la SPVal

En tout temps et plus encore lorsque la tempête gronde, il importe de parler en bien de l’école. Les enseignants valaisans sont les premiers responsables des bons résultats obtenus dans les comparaisons internationales. Cela ne suffit pas. La qualité de l’école est un objectif permanent et un sujet de débat pour tous les acteurs de la société. Dans cet esprit, le Comité de la SPVal attire l’attention des cadres du département sur deux actions actuelles apportant de réelles plus-values à l’école valaisanne. Il est indispensable que le DFS suive l’évolution et s’engage en partenaire dans les deux actions brièvement décrites ci-dessous :

 

  • La bibliothèque numérique : une plateforme de partage créée par les enseignants pour les enseignants et totalement indexée selon le PER en partenariat avec l’expérience menée dans la commune d’Ardon et avec Selaiah SA.

  • La Balade des Savoirs : programmée à Martigny le 17 janvier 2015, manifestation totalement inédite qui fait descendre l’école dans la rue, offre une vision positive de la formation et permet le débat entre tous les acteurs.

 

Les axes prioritaires du Comité de la SPVal sont publics et consultables en ligne : www.spval.ch > Dossiers > Axes prioritaires.

 

Pascal Rey a écrit :
22/01/2014 19:07

Félicitations et bonne suite dans la mesure où les exigences financières 2014-2015 nécessiteront des reflexions partagées entre le département et les associations. Les palliers d'attente semblent de retour...

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

 
Solution Solgema, création de site internet, sites web, CMS, intranet, boutique en ligne, gestion de contenu, OpenERP par Martronic SA