Aller au contenu. | Aller à la navigation

Personal tools
Se connecter
Navigation
Vous êtes ici :AccueilTribune LibrePesanteur
Actions sur le document
  • Imprimer

Pesanteur

Mots-clés associés :
"Après un mois d’école, je suis déjà en train de craquer. Physiquement. Ce qui me porte est en cours d’arrachement. C’est trop lourd. On m’en demande trop. On ignore mon usure, je vais lâcher sans avertissement. Tant pis si tout s’écroule. Nous n’en sommes plus à ça près."

J’ai grossi. On me gave. De choses utiles. De superflu. Mais j’ai des carences, celles des oublis. Ça tourbillonne autour de moi, j’entends… On s’échange ce qui me manque par internet pour qu’ils soient malgré tout faits, ces fichus devoirs si lourds. Pour éviter le mauvais point ou la réprimande. Les libraires s’enrichissent, puisqu’on achète à la maison ce que je peux oublier de transporter. Et puis il y a le superflu. Ce livre qui reste à la maison pour alléger le fardeau et qui manque en classe le lendemain. Ce cahier et toutes ces fiches qui restent dans le sac pour ne pas risquer de manquer quelque chose. Transportons tout le banc d’école, et tout y sera… ou presque. Il manque toujours quelque chose. Comme ce qu’on a oublié de noter. Mais la pesanteur, elle, est constante. Je plie. Autour de moi, on zappe. On baisse les bras. On bâcle, parce qu’il faut aller dormir. On fait la part des choses entre la qualité du travail à la maison et à la forme du lendemain. Mais c’est lourd. Le souci, la lassitude pèsent aussi.

Je porte le poids des nouvelles idées, des nouvelles matières, des nouveaux programmes, des livres, brochures et cahiers qui se multiplient. Je ploie parce qu’à 10 ans on n’est pas un adulte, et qu’on préfère se surcharger plutôt que risquer une punition. Je n’ai pas compris s’il s’agit d’un manque de temps, d’un excès de charge, d’un souci d’organisation ou d’un problème de consigne. Je plie sous le poids de tout un système, comme tous mes camarades. Comment faire autrement ?

Je suis un sac d’école et mes bretelles fichent le camp. Mon propriétaire va résister plus longtemps que moi. Mais son décrochage inéluctable ne se corrigera pas par l’achat d’un nouveau bagage plus résistant.

Anne Erard Bonvin, version originale du texte sur 1dex.ch

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

 
Solution Solgema, création de site internet, sites web, CMS, intranet, boutique en ligne, gestion de contenu, OpenERP par Martronic SA