Aller au contenu. | Aller à la navigation

Personal tools
Se connecter
Navigation
Vous êtes ici :AccueilAssociationLes billets du PrésidentFin du suivi sur deux ans?
Bookmark & Share:
Actions sur le document
  • Imprimer
  • Bookmark

Fin du suivi sur deux ans?

Mots-clés associés :
Le Grand Conseil a accepté la motion 3.0372 «Suivi d’une classe sur deux ans par le même titulaire» par 61 oui, 46 non et 5 abstentions. Elle est transmise au Conseil d’État pour exécution. Je vous livre ci-après certaines considérations et réflexions à ce sujet.
Fin du suivi sur deux ans?

Le fait de modifier le texte de loi en enlevant le «en principe...», confiera aux directions l’organisation selon «leurs principes» de gestion. Les «traditions» locales du changement de titulaire chaque année ou du suivi sur deux ans pourront donc être «librement» appliquées. Vous me direz: «Mais alors, tout est bien qui finit bien!» Pas si certain! 

Voici les échelons à travers lesquels ce dossier doit être analysé, digéré et mis en pratique: Au niveau du Conseil d’État (CE) et du Département de l’économie et de la formation (DEF): enregistrement du choix des députés, suppression des deux phrases concernées, recommandations et demande d’exécution au Service de l’enseignement (SE). 

Au niveau du SE: enregistrement et exécution de la décision du CE, séance d’informations avec les inspecteurs, séances des arrondissements avec les directions et les adjoints, recommandations pour la répartition 2019-2020 des classes aux enseignants.

Au niveau des directions: enregistrement et exécution des décisions du SE, échanges lors de la séance d’arrondissement, projet de répartition des classes 2019-2020, séance de présentation aux enseignants, transmission des feuilles de desiderata, rencontres individuelles pour l’attribution définitive, en cas de conflits d’intérêts: séance multi-parties. 

Au niveau des enseignants: réflexion sur le taux d’activité et le degré d’enseignement pour transmettre les desiderata, si nécessaire discussions et argumentations avec les collègues et la direction. Ce scénario correspond à une situation «idéale», appelée de ses voeux par la SPVal. Mais il se peut que certains rouages de l’engrenage coincent et nécessitent un petit huilage. 

Il pourrait donc arriver qu’à différents échelons, des fiertés ou rancoeurs personnelles puissent faire de la résistance et créer des tensions inutiles dans certaines écoles. Une gestion RH de la répartition du travail dans l’école nécessite certaines compétences de la part de l’équipe de direction (directeur/directrice et adjoint-e-s). La taille et le nombre de sites d’un centre scolaire auront une influence non négligeable sur les variables de l’équation pour l’organisation. Les grains de sable qui pourraient enrayer le processus: 

  • – divergences des points de vue entre des enseignants et la direction 
  • – maintien strict du suivi sur deux ans par certaines directions (autonomie dans l’organisation) 
  • – incompatibilités entre les desiderata 
  • – limite dans le temps pour enseigner dans un même degré. 

L’intelligence collective, la collaboration et les échanges constructifs autour de variantes seront alors des ressources à mobiliser. Les intérêts, le bien-être et les conditions de travail des élèves et des enseignants devraient être mis sur la balance avant une prise de décision. 

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les commentaires sont modérés.

 
Solution Solgema, création de site internet, sites web, CMS, intranet, boutique en ligne, gestion de contenu, OpenERP par Martronic SA